Votre panier
Recherche
Besoin d'Aide ?
01 45 78 12 92
Par mail
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
Comptoir de vente



56ter place Saint Charles
75015 Paris
du Lundi au Vendredi
9h00-12h30
13h30-17h00


Accueil > Géographie > Méthodes et approches > Hyper-mobilité et politiques publiques



Livre Hyper-mobilité et politiques publiques

Méthodes et approches

Hyper-mobilité et politiques publiques

CROZET Yves
Ref. produit : 9782717868623
Type de livre : 
Broché
Date de parution : 
12/04/2016
Nombre de pages : 
200
Format : 
15.5 X 24 cm



en stock
 
Quantité  
29.00 €
  Retour
DESCRIPTION DU PRODUIT :

L'hyper-mobilité n'est pas un slogan, c'est un constat. En France, chaque habitant parcourt plus de 40 km par jour, dix fois plus qu'il y a deux siècles. L'accroissement tendanciel des vitesses de déplacement est à l'origine de cette révolution qui a pu se réaliser sans accroître les budgets temps de déplacement, environ une heure par jour. Les marchandises ne sont pas en reste en matière d'hyper-mobilité. En ne prenant en compte que les transports domestiques, pour chaque habitant, 140 kg de marchandises sont déplacés chaque jour sur 100 km !

Après avoir établi l'évidence de l'hyper-mobilité, l'ouvrage en présente les fondements : une hausse tendancielle des revenus qui fait du temps disponible le bien le plus précieux. La même logique pousse à l'hyper-connectivité, une autre façon de « gagner du temps ». La société du temps libre est donc paradoxalement une société du temps rare. La recherche du temps gagné se heurte à des limites individuelles mais aussi collectives notamment économiques, énergétiques et environnementales. C'est ainsi que, progressivement, nous changeons d'époque ce qui ne signifie pas catastrophe ou régression. Le « monde fini » dans lequel nous entrons n'est pas celui de la dernière goutte de pétrole ou du retour généralisé  à la pénurie. Il ne sera pas non plus celui de la fin des embouteillages grâce aux voitures automatiques, ou du règne des avions supersoniques et des trains à 1 000 km/h. 

Plus simplement, nous allons devoir composer avec deux « innovations » importunes et pourtant opportunes :

  • le progrès technique dans les transports continuera à cibler les gains de temps, mais pas sous la forme d'un accroissement des vitesses de déplacement ;
  • le subventionnement systématique de la mobilité sera remis en cause du fait des rendements décroissants de la vitesse et du coût croissant des politiques publiques.

***

Yves CROZET est professeur d'économie à l'Université de Lyon (Institut d'études politiques) et membre du Laboratoire Aménagement Economie Transports (LAET). Secrétaire général de la WCTRS (société de la conférence mondiale sur la recherche dans les transports) de 2010 à 2015, membre du conseil d'administration de RFF (Réseau Ferré de France, 2008-2012) et aussi de la commission Mobilité 21 (2012-2013), présidée par Philippe Duron, il est depuis 2009 président du think-tank de l'URF (Union routière de France).

 

 

Economica© tous droits réservés
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer son site