Err

Les erreurs stratégiques de Napoléon

(Code: 9782717872507)
En Stock
Tout le monde le sait, le sort de l’Empire français a été scellé en Espagne et en Russie où l’armée impériale a perdu respectivement trois cent mille et un demi-million de soldats. Sans ignorer ces désastres, cet ouvrage cherche plutôt à expliquer pourquoi l’Empereur n’a pas gagné cette guerre qui n’est pas uniquement la lutte d’une Europe coalisée contre un empire hégémonique, mais aussi un affrontement entre de multiples impérialismes. Cette guerre, l’Empereur pouvait donc la gagner en dehors des champs de bataille en se cherchant des alliés à Vienne, à Varsovie, à Stockholm, à Constantinople et à Madrid. Il pouvait enfin triompher de l’Angleterre en Méditerranée et dans la Baltique, à condition de prendre son temps et de rester sur terre en visant Gibraltar, Messine, le Sund et le Grand Belt. Il n’aurait certes pas vaincu la perfide Albion, mais il aurait obtenu une paix et réussi dans son projet impérial.
37,00 €
560g

Livraison offerte

En France Métropolitaine

Paiement sécurisé

Tout le monde le sait, le sort de l’Empire français a été scellé en Espagne et en Russie où l’armée impériale a perdu respectivement trois cent mille et un demi-million de soldats. Sans ignorer ces désastres, cet ouvrage cherche plutôt à expliquer pourquoi l’Empereur n’a pas gagné cette guerre qui n’est pas uniquement la lutte d’une Europe coalisée contre un empire hégémonique, mais aussi un affrontement entre de multiples impérialismes. Cette guerre, l’Empereur pouvait donc la gagner en dehors des champs de bataille en se cherchant des alliés à Vienne, à Varsovie, à Stockholm, à Constantinople et à Madrid.

Il pouvait enfin triompher de l’Angleterre en Méditerranée et dans la Baltique, à condition de prendre son temps et de rester sur terre en visant Gibraltar, Messine, le Sund et le Grand Belt. Il n’aurait certes pas vaincu la perfide Albion, mais il aurait obtenu une paix et réussi dans son projet impérial. L’histoire a été autre. L’Empereur a perdu la guerre contre l’Angleterre à cause d’une ambition démesurée lui faisant rechercher une victoire totale : il a d’abord voulu envahir ce pays, puis le ruiner par le blocus continental et enfin lui disputer la maîtrise des mers. Non seulement, il s’en allait combattre l’ennemi sur son propre terrain, mais il lui fallait encore que la victoire soit pour le lendemain. Il n’était donc pas le stratège capable de penser et gagner un conflit commençant en 1793 et se terminant en 1815.

L’Empereur est en guerre contre l’Angleterre, mais sur le continent il se considère comme le bâtisseur d’un empire. Cependant, aveugle aux intérêts et aux sentiments d’autrui, son projet impérial vexe toute l’Europe et plus particulièrement l’Allemagne. C’est donc dans ce pays, en 1813, et non en Russie ou en Espagne, que l’impopularité de l’Empire provoque irrémédiablement sa chute. Enfin, l’Empereur ne cherche pas la guerre contre l’Autriche, la Prusse ou la Russie. Il est donc vaincu par ces pays parce que son action n’a pas été pensée en fonction des besoins d’une guerre contre ces autres impérialismes.

** *

Fort d’une triple formation et pratique de physicien, d’informaticien et d’historien, Bernard Schnetzler a consacré plus de vingt ans, dans l’ombre, d’une part, à des questions scientifiques et, d’autre part, à l’étude des questions stratégiques.