Err

L'artillerie française (1665-1765)

NAULET Frédéric
(Code: 9782717844504)
En Stock
Au XVIIe siècle, l'artillerie participe de plus en plus à la bataille. Les pièces deviennent plus puissantes et moins lourdes, ce qui leur permet de suivre toutes les opérations. La France, partie avec une notable avance, première d'Europe depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, va connaître, dans ce domaine, un développement difficile et être dépassée en 1765.
33,00 €
0g

Livraison offerte

En France Métropolitaine

Paiement sécurisé

Au XVIIe siècle, le peu de mobilité de l'artillerie en fit essentiellement une arme de siège, servie par des hommes plus ou moins bien formés au cours des campagnes militaires. Jaloux de leur savoir-faire, les artilleurs furent souvent hostiles à toute nouveauté, surtout venant de personnes étrangères à leur corps. Pourtant, sous l'impulsion des secrétaires d'Etat à la guerre successifs, l'artillerie française connut de nombreuses transformations tant au niveau matériel que de son organisation. L'uniformation du matériel, l'introduction de pièces légères, la création des écoles d'artillerie et celle du régiment Royal-Artillerie en sont quelques exemples. Ces innovations contribuèrent à faire de l'artillerie une arme à part entière, capable de jouer un rôle déterminant aussi bien dans la guerre de siège que dans les batailles. Les artilleurs Frézeau de la Frézelière, de Vallière, mais aussi des théoriciens comme Blondel et Bélidor, le fondeur Maritz et le grand ingénieur Vauban en furent les principaux artisans. Tous ces hommes firent de l'artillerie française l'une des meilleures d'Europe jusqu'à la guerre de Sept Ans, au cours de laquelle elle fut totalement dépassée. Néanmoins, ils avaient posé les bases sur lesquelles Gribeauval édifiera sa réforme de 1765.

Nombre de pages : 364
Format : 16 x 24.0 cm                                                                             
ISBN : 978-2-7178-4450-4


Frédéric NAULET9782717844504

Articles complémentaires