Accueil > Economie > Economie > Rapport sur le développement en Afrique 2010

Livre Rapport sur le développement en Afrique 2010 BANQUE AFRICAINE DEVELOPPEMENT

Rapport sur le développement en Afrique 2010

BANQUE AFRICAINE DEVELOPPEMENT
Ref. produit : 9782717859959
Format : 
19.5 x 24.5 cm
Date de parution : 
2011-01-03
Nombre de pages : 
262
Type de livre : 
Broché
en stock
Quantité  
23.00 €
Livraison Offerte
en France Métropolitaine
PAIEMENT SÉCURISÉ
Page en favoris

DESCRIPTION

Ce Rapport sur le développement en Afrique 2010 paraît à un moment où les pays de cette région déploient des efforts pour surmonter les problèmes liés à la logistique commerciale, en particulier au niveau des ports, qui constituent des points d’accès pour 80 pour cent des échanges mondiaux de marchandises. On constate un accroissement de la part de l’Afrique dans le commerce avec les marchés émergents tels que l’Asie, avec les marchés traditionnels d’Europe et d’Amérique du Nord, ainsi qu’entre les pays africains. Néanmoins, ces échanges restent fortement entravés par la faiblesse de la chaîne logistique, qui inclut les ports et les liaisons avec l’arrière-pays ou hinterland (réseaux routiers, ferroviaires et fluviaux).   Le présent rapport montre que, dans bien des cas, les ports africains pourraient dégager de substantiels gains de productivité s’ils amélioraient l’infrastructure des ports existants. Il faut aussi créer un cadre de réglementation plus favorable en introduisant des partenariats public-privé qui apporteront le financement nécessaire pour relever la capacité et faire évoluer l’infrastructure portuaire.   De surcroît, les carences de l’infrastructure « immatérielle » des ports, à savoir des institutions et de la réglementation, renchérissent le commerce et nuisent à l’efficience. Le rapport propose plusieurs mesures préventives : il s’agit notamment de soutenir les processus de privatisation qui correspondent aux objectifs du secteur public, de resserrer la coordination entre les différentes institutions concernées (autorités portuaires, douanes, ministères des Transports, organisations syndicales, etc.) et d’encourager les facteurs propices à l’efficience, tels que les stratégies et les dispositifs favorisant la concurrence, une meilleure coordination des divers intervenants dans les ports, la simplification des documents et le traitement par un guichet unique.   Au bout de la chaîne logistique, l’infrastructure de l’arrière-pays, qui relie les ports aux marchés, tient une place critique dans les coûts globaux des échanges commerciaux. Dans tous les pays d’Afrique, mais surtout en Afrique subsaharienne, l’efficience portuaire pâtit d’une faible connectivité avec l’hinterland, en raison du mauvais état des routes, des chemins de fer et des autres modes de transport, ce qui nuit à la qualité du service. Le présent rapport a atteint son objectif : remédier au manque d’informations sur les ports et la logistique y afférente, ainsi que, grâce à ses constats, permettre aux instances décisionnaires de définir des stratégies et des politiques éclairées, dans le secteur public comme dans le secteur privé.
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer son site